La cave ouverte de Laetitia Chazel

Vignerons, écrivains ? Laetitia Chazel, créatrice de vins et de romans tonifiants, nous déclare : "Tous auteurs !"


 

Laetitia Chazel

Sa dernière parution : Dommages (Éditions de Borée)






 

Le "nez" de Onzième Sens


Nous avions rencontré Laetitia Chazel cet automne, à l'occasion d'un Mille-Feuilles de Frédéric Fredj, en compagnie d'Alexandra Schwartzbrod, avant second confinement, dans la fraîcheur d'un village en colimaçon du Gard, la Pousterle de Sabran. Ensemble, post rencontre littéraire, nous avions goûté les vins bios et natures enjoués de Frédéric Agneray, vigneron à la Pousterle mais encore lecteur attentif et passionné (on le retrouvera bientôt dans Onzième Sens...). Laetitia reste discrète, mais Frédéric Fredj a vendu la mêche. Avant d'écrire, mais après son premier métier (la pub), Laetitia a fait du vin pendant une dizaine années, entre 2008 et 2018, dans le vignoble du Gard, sur son terroir de la Lèque. Avec son amie Gisèle Lafuente, elle ont fondé un groupement foncier agricole (GFA), et, sous la dénomination "Les débutantes", leur première cuvée, "Une vigne dans le midi, des amis pour la vie", est née en 2009. En 2010, elle partage le travail de la vigne avec celui de l'écriture. La sienne est cash, précise, caustique, rythmée, contemporaine. "Dommages" (éditions de Borée) est son troisième roman. Un western gardois dans lequel la campagne se promet petit enfer, mais aussi tendresse. Bienvenue dans l'univers onirique et réaliste de Laetitia Chazel, qui donne le ton, et la couleur, robe mélancolie...


Tous auteurs ! par Laetitia Chazel



- Vous faites quoi dans la vie ?

- Du vin.

Sourire complice.

- Vous faites quoi dans la vie ?

- J’écris.

Sourire compassé.

- Ah. Et sinon, votre vrai métier ?

Si souvent tout commence autour d’une bouteille… Un plop prometteur de tire-bouchon, quelques verres entrechoqués et c’est parti.




De chaque rencontre déterminante, de chaque fête et chaque chagrin, de tous les délires et les fracas, je me souviens du vin ouvert, de sa couleur, ses cépages, du parfum de sa terre et des cailloux à ses pieds. Vers quoi il a mené, avec qui, à quel point il a permis de s’accorder, se confronter, se prendre d’amitié, tomber en amour, se fâcher, se retrouver, se perdre ou se quitter, parfois.


La vie quoi, mais avec une signature particulière : si les écrivains écrivent, les vignerons aussi. On parle alors de vins d’auteurs et c’est bien la magie qui unit les deux univers. Découvrir un style, un genre, un caractère, une affirmation (hésitations comprises !), un accent, quelques travers… Une écriture, qui raconte des histoires, en crée, les transmet, tentant toujours de les sublimer. Pour transporter, ou pour parler moderne, ambiancer.


Ecrivain et vigneron, les rêves se rejoignent. Travail de longue haleine balisé d’ingratitude, efforts planqués pour ne laisser paraître que le meilleur, le joyeux, le goût et le talent qui finiront par marcher et marquer…Peut-être - ou pas, l’essentiel restant de se mesurer à ses convictions intimes, de défier en continu sa propre détermination.


Un vin, comme un livre, rend gai, triste, a le pouvoir d’inspirer, de remplir d’émotions et de toutes les aspirer, de nous laisser vides, aussi, tellement c’était bon, fort, dérangeant. Une question d’accord, là encore, dans une constante célébration de la vie.


« Je me souviens du vin ouvert, de sa couleur, ses cépages, du parfum de sa terre et des cailloux à ses pieds».

Tous auteurs !

- Vous faites quoi dans la vie ?

- Du vin.

Sourire complice.


Nous nous appelions Les Débutantes, deux amies associées pour produire un vin de femme, nos Vengeances Tardives. Un étourdissant apprentissage de découvertes, de rencontres, de risques et de bonheurs en un éternel premier bal qui a presque duré dix ans. Vieux carignan de Pays du Gard, culture bio, cuve particulière, vinificateur sur mesure, viticulteur à l’écoute, marchés nocturnes, cavistes, restaurateurs, livraisons, dégustations, clients… Une expérience, non, carrément un trip, qui laisse le sentiment d’avoir à peine effleuré son sujet tant il est complexe et vaste… Plus la certitude que décidément, vigneron-ne est un sacré putain de vrai métier. Musclé et concret, loin des fantasmes bucoliques de ceux qui se projettent en néo-vendangeur à l’assaut des rangées de ceps avec grand chapeau et sécateur. Respect absolu à tous mes amis et amies des vignes et des caves !



- Vous faites quoi dans la vie ?

- J’écris.

Sourire compassé.

- Ah. Et sinon, vous avez un métier ?


Evidemment, là c’est plus frustrant, mais persiste l’espoir que verre en main tout s’arrange, ce qui revient à transposer une étiquette de bouteille sur une couverture de livre. Peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’histoire !


À mon cheval qui ne savait pas lire, se foutait bien que j’écrive et goûtait peu d’autres mots que ceux nécessaires aux balades dans la garrigue, ponctuées d’échanges sonores avec ses congénères - mais que se racontaient-ils pour se marrer comme ça ?- j’ai fait un cadeau. Que je voulais beau, puisque ce serait le dernier. Le vétérinaire avait parlé : le bel animal n’en avait plus que pour quelques heures. Alors comme Hidalgo - son nom - refusait désormais de s’alimenter, je lui ai donné à boire. La plus belle bouteille de ma cave, un Bandol rouge 2006, du Domaine Tempier (Famille Peyraud) si cher au cœur de l’écrivain Jim Harrison, lui-même au sommet de mon panthéon personnel.


Au plop du bouchon tiré pas une oreille n’a bougé, mais au liquide rouge versé au creux de mes mains ses naseaux ont frémi…Et le cheval a bu. Avec modération, en faisant claquer sa langue, beaucoup. Le silence autour s’est un peu rompu, les rares spectateurs enfin convaincus qu’il n’y avait rien de si dingue à se dire adieu sur du (très très bon) vin. Ni de si triste…

Il en va des écrivains comme des vignerons : on découvre leurs livres et leurs vins, on les suit dans leurs voyages, on s’imprègne de leurs univers, on s’enivre de leurs histoires.


Tous auteurs !

Laetitia Chazel



On ne connaît pas encore les grands Bandol rouges du domaine Tempier, mais on se réjouit par avance de prendre la direction de la côte, avec Laetitia, avec une pensée pour Hidalgo, un jour prochain de 2022...



 

Domaine Tempier

1082, chemin des Fanges 83330 Le Plan du Castellet /0494987021